2014/2015: Une saison en enfer (et plus si affinités)

La saison de L1 s’ouvre la semaine prochaine, révélant les espoirs de chaque club pour un nouvel élan et les craintes de ceux qui sont voués à danser autour de la ligne rouge. Du point de vue du spectateur, à mon avis, ça sent la soupe au caca. Mes explications, sous forme de lettre ouverte…

Très chère Ligue 1,

Tu ne peux imaginer à quel point j’étais content de te retrouver ces dernières saisons, après un bel été, bien que trop long sans foot. Entre les projets ambitieux des gros clubs du championnat et les achats compulsifs de (vraies) stars à Paris et à Monaco, j’étais content de donner mon argent à Canal+ chaque moi d’août en imaginant que notre Ligue 1 allait enfin retrouver un peu de sa superbe, offrir un spectacle digne de ce nom, donner envie aux gens de remplir les stades et venir consommer du sandwich et de la bière (sans alcool) en ton sein.

Pourtant, cette année, à seulement une semaine de la reprise, je crois que je n’ai plus envie de venir. Il faut dire que tu accumules les bourdes, les maladresses et les tue-l’amour par brouettes entières.

Tu nous avais pourtant séduit avec tes stades en travaux… enfin, avec l’idée qu’à la fin des travaux, on s’installerait tous dans des stades flambant neufs, où l’on se sentirait bien, où l’on aurait envie de profiter d’un spectacle de qualité. Tu nous avais mis l’eau à la bouche en affichant ton nouveau pognon, fraîchement acquis lors des négociations des droits TV.

Et puis, j’avais envie de m’enthousiasmer sur toi, après avoir joui d’une Coupe du monde magnifique. J’en avais encore plein la bouche. Et puis tu es arrivée, avec ton mercato douteux et tes demi-scandales.

La fuite

Cette saison, des joueurs plus ou moins importants pour leurs équipes, mais aux qualités indéniables, ne seront plus là. Ochoa (Ajaccio), Krasic (Bastia) Henrique (Bordeaux), Romero, J. Rodriguez, Obbadi, Abidal, Rivière (Monaco), Mb Niang, Cabella (Montpellier), Djordjevic (Nantes), Ospina, Pejcinovic (Nice), B. Gomis (Lyon), Alex, J. Ménez (PSG), Krychowiak (Reims), Trémoulinas, Guilavogui, Zouma (Saint-Etienne) sont déjà partis. Kalou, Lavezzi, Pastore, Falcao et Valbuena sont annoncés à droite et à gauche. Les valises de certains seraient même déjà prêtes apparemment. Nous nous vidons de notre moelle.

FOOTBALL : James Rodriguez - Presentation Real Madrid - 22/07/2014

Quels renforts viennent donc compenser ces départs importants? Qui sont les nouveaux étrangers ou ex-expatriés qui seront les nouvelles vedettes du championnat? Pêle-mêle, je vous offre Gadji Tallo, Kikabidze (Bastia), Bille (ETG), Lossl, Schwartz, Marveaux (Guingamp), Lopes (Lille), N’Daw, Falcon, Palomino (Metz), Gissi (Montpellier), Audel (Nantes), Vercautren, Hult (Nice), Batshuayi, Amalfitano (Marseille), David Luiz (PSG), Mexer, Henrique (Rennes), Pesic, Grigore, Spano, Matheus (Toulouse)…

Je vois ici et là quelques noms connus, autour d’une vedette (David Luiz), mais rien d’emballant pour être honnête. On y voit des anciens de Ligue 1 qui reviennent d’un exil douteux en Turquie ou en Belgique. On y voit des noms que certains nous vendent énormes.

Ne jetons pas la pierre aux recruteurs, la grande majorité de ces noms sont complètement inconnus. Et si c’était à la popularité de leur patronyme qu’on jugeait de leur qualité de footballeur, cela se saurait. Certains seront sans doute de belles révélations, comme d’autres avant eux. Ne tirons pas de conclusions sur leur niveau avant de les avoir vu sur le terrain. Mais pour ce qui est du rêve, on repassera… pour le moment.

A propos des transferts, une autre stat m’affole. Hormis le PSG et Monaco qui roulent dans d’autres sphères financières, les 18 clubs de Ligue 1 ont pour l’instant dépensé 23,22 M€ (Source: FootMercato) sur le marché des transferts cette intersaison… Dont 10,5 pour l’OM!

Cela veut dire que 17 clubs de L1 ont dépensé 12,72 M€ !!! Effectivement, difficile d’envoyer du rêve avec un porte-feuille vide.

Car c’est un des grands maux du football français aussi : la gestion et des caisses toujours à sec.

C’est la crise, mon bon monsieur

Dégraisser avant d’acheter… C’est l’un des principes de base dans l’élaboration d’une économie régulée et sous contrôle. Je le comprends tout à fait. Je ne suis, moi-même, pas partisan des pertes financières régulières dans un club de foot, comme ailleurs, sous prétexte qu’il y un gros investisseur derrière qui va colmater les brèches. Il a peut-être envie de faire autre chose de son fric que de le jeter à fond perdu, cet actionnaire. Bref.

Tavernost

On nous bassine à longueur de temps que la DNCG s’assure que nos clubs ne sont pas endettés, qu’ils peuvent payer leurs frais jusqu’à la fin de la saison suivante, qu’ils sont sains, mon cul sur la commode, et j’en passe.

Très bien. Alors comment expliquer qu’une grande majorité de clubs affichent des pertes en fin de saison, malgré toutes les précautions prises devant la DNCG en début de saison?
Non, parce que selon la même source FootMercato, ces mêmes 18 clubs de Ligue auraient encaissé 55,60M€. Et si on retire l’OM, comme précédemment dans mon exemple, les 17 clubs de L1 auraient encaissé 54,10 M€.

54,10 M€ de rentrées d’argent
12,72 M€ d’achats

Cet argent a, semble-t-il, servi à renflouer ces clubs qu’on nous annonce pourtant si sains (alors que les méchants étrangers, eux, peuvent s’endetter à la cool. Ils n’ont pas de DNCG).

Et puis, les vilains étrangers, eux, ils n’ont pas à payer la méchante taxe à 75% du Président Hollande. En termes d’attractivité, elle a certes eu un effet terrible. Mais, (attention, alerte : Expression de 1910) nom d’un petit bonhomme, elle ne prend effet que pour deux ans. Et puis, si je me souviens bien, il n’y a que le PSG, l’OM, Lyon, Lille et Bordeaux, voire Rennes, qui sont un peu touchés par cette taxe.

Je peux comprendre la difficulté de l’intégrer en dernière minute à un budget saucissonné, mais tout de même.
Quoi qu’il en soit, l’an prochain, ce ne sera plus une excuse…

En tout cas, cette année encore, dans la moitié des clubs, vous entendrez le discours habituel: «On n’a pas d’argent, on va miser sur nos jeunes. Ils sont bons nos jeunes. Heureusement qu’on les a.» (Parce qu’ils jouent pour moins cher que les stars, font un peu illusion avant d’être revendus et apporter des sous, ça oui.)

Les stades du désastre

Et puis, il y a les stades qui font aussi parler en ce début de saison. Alors qu’on sait déjà que le stade de Lille avale tous les surplus de recettes que le LOSC espérait avant sa construction, dans son loyer exorbitant (ce qui oblige le club à vendre, etc), on apprend maintenant que Marseille doit payer lui aussi un loyer « Gignacal » pour jouer dans le stade de la ville qu’il représente. Deux questions se posent…

stade-lille

1 – Mais, ils ne le savaient pas avant que le stade soit prêt que le loyer serait aussi haut ?
2 – Pourquoi payer autant sachant qu’à la fin, il ne t’appartient même pas ?

Car oui, en France, on loue les stades plutôt que d’encourager les clubs à se payer le leur. C’est un gros investissement, certes, un très gros effort financier sur plusieurs années. Mais à la fin, si tout se passe bien, c’est le pactole. Lyon en fera prochainement la démonstration et aura bien vite oublié ses années difficiles avec ses jeunes (et rien que ses jeunes).

Lens jouera cette saison en L1 (première nouvelle) mais sera délocalisé à Amiens. Problématique : comment faire rentrer un public habituel de 30 à 40000 personnes dans un stade de 12000 places ?

D’autres sont encore en travaux, parce que vous comprenez, il faut moderniser des stades qu’on avait modernisé en 1998. Ce n’est pas si loin que ça pourtant, 1998. Il faut bien avouer que les rénovations, c’était trois coups de pinceau, 50 sièges en plus, resserrer 14 vis et zou, on a un stade tout neuf. Aujourd’hui, la plupart doivent recommencer leur rénovation. Encore une fois, à l’époque, la vision à long terme ne dépassait pas les deux ans…

Et l’Europe dans tout ça ?

Pendant que le PSG essaye, malgré les embûches du Fair-Play financier, d’aller gratter une Ligue des champions valeureusement, derrière, c’est morne plaine. Cette année encore, ne comptez pas sur les autres clubs pour chasser du point UEFA.

Même Monaco est un point d’interrogation. Espérons qu’ils n’ont pas autant détruit ce qu’ils avaient rebati l’an dernier …

En Ligue Europa, Lyon sera vaillant, comme à chaque fois. Mais le miracle des jeunes qui vont jusqu’en quart de finale se reproduira-t-il en cas de mauvais tirage au sort, de mois de novembre difficile en championnat ou de cascade de blessures (une habitude maison) ?

Saint-Etienne peut-il faire mieux que contre Esbjerg ? Va-t-il s’investir dans la Coupe d’Europe sachant que le championnat est le graal absolu ?

esbjerg

Guingamp peut-il… Non, je n’ai rien dit…

Quant à Lille, engagé dans les tours préliminaires de Ligue de Champions, tout le monde s’attend à une bonne vieille impasse des familles. Comme le club en a pris l’habitude et comme ses supporters l’annoncent partout («parce que vous comprenez, on n’a pas l’effectif pour»… Bah, laisse ta place à quelqu’un d’autre, alors!)

Trois questions se posent :

1 – La France fera-t-elle mieux qu’en 2013/2014 avec le zéro pointé de Marseille en Ligue des champions et les éliminations de Saint-Etienne et Nice au premier tour contre des ténors européens (Esbjerg et Apollon Limassol) ?

2 – La France prendra-t-elle plus de points que le Portugal pour tenter d’aller reprendre la 5ème place et s’éviter une tour préliminaire de Ligue des champions ?

3 – La France prendra-t-elle plus de points que la Russie, qui lui dévore les chevilles juste derrière ?

Finalement, les clubs français comprendront-ils qu’il est temps de jouer la Coupe d’Europe à fond? Parce que toutes ces impasses coûtent finalement une place en Ligue des champions chaque année à la France, soit près de 20M€ dans les caisses d’un club de Ligue 1 qui pourra ensuite acheter aux autres clubs de L1, etc. Mais non, la vision à long terme, ce n’est pas plus de deux ans, on vous a dit…

La lumière viendra peut-être des entraîneurs

Ma seule lueur d’espoir réside dans le nom des nouveaux entraîneurs qui vont œuvrer en Ligue 1 cette année. Ils sont nouveaux, ils sont frais, ils sont beaux et ils ont des ambitions. Et surtout, ils arrivent avec des idées nouvelles. Car finalement, seul un bon entraîneur peut transformer 11 joueurs corrects en un collectif diabolique, non?

Marcelo Bielsa a cela en lui. Sur une première année, tout le monde essaye de faire son dur devant lui, de montrer qu’il n’est pas une mauviette et d’aller chercher sa place à l’entraînement et en match. Tout le monde sait qu’il fait jouer ses équipes. Toutes ses composantes devraient donner un OM alléchant cette saison. La saison prochaine sera une autre histoire, à mon avis.

bielsa

Willy Sagnol ne m’a pas fait rêver avec son équipe Espoirs, mais il a fait le boulot et j’aime son discours à la fois clair et relâché. Pas de langue de bois (merci), du travail et l’envie de montrer qu’il n’est pas un plan de secours pour Bordeaux.

Claude Makélélé arrive à Bastia avec un gros bagage de joueur et une expérience d’adjoint au PSG où on le disait essentiel. Il a les clés les mains. Je suis assez pressé de voir ce qu’il peut faire, même avec une équipe limitée.

Leonardo Jardim débarque à Monaco après que Ranieri y ait fait un boulot énorme. On le dit joueur et pointilleux. J’avoue ne pas connaître, mais l’école portugaise a donné de beaux coaches. Pourquoi pas ?

Hubert Fournier a fait de Reims une belle équipe avec des bouts de ficelles. Aulas lui confie les bouts de ficelle de Lyon pour voir ce qu’il sait faire. Cet entraîneur m’enthousiasme énormément. Je suis pressé de le voir dans son nouveau rôle.

Jean-Luc Vasseur a pris sa place à Reims. Après avoir survolé le National à coup de beau jeu, il a offert à Créteil un maintien honorable en Ligue 2 l’an passé. Le bonhomme a des idées sur le jeu. Avec lui, il y a des buts assurés, pour et contre. A surveiller de près.

Philippe Montanier garde son étiquette de bon entraîneur. Il s’est planté avec l’effectif de ses prédécesseurs l’an passé. Normal, à mes yeux. Son projet prend forme avec 10 joueurs qu’il a, cette fois, choisis. Je suis certains de ses qualités.

En conclusion

Ma chère Ligue 1, comme tu le vois, tu fais n’importe quoi mais je t’aime quand même. J’ai peur que tu sois encore ridicule sur la scène européenne.

Mais je garde espoir, notamment en une nouvelle génération d’entraîneur qui semblent démontrer une chose : les Présidents ont peut-être compris que le football est un spectacle, que tout spectacle n’existe que par son soutien populaire et ses affluences, que cette affluence ne viendra que par un BEAU spectacle, du beau jeu, de l’enthousiasme, et que de nouvelles idées sur le jeu semblent arriver petit à petit sur la Ligue 1.

Oh, je ne suis pas naïf, il n’y aura pas de place pour tout le monde (derrière le PSG), et j’ai peur que le pragmatisme défensif l’emporte au final sur les ambitions offensives qui ne portent pas leurs fruits tout de suite.

J’ai peur que le spectacle soit encore bien pourri quand tes pelouses viendront à geler. J’ai peur que les trophées UNFP ne récompensent, encore une fois, pas le meilleur, mais plutôt le bon copain de la troupe ou celui qui aura le mieux résisté aux très forts.

Je te souhaite une bonne fin de mercato. Je NOUS souhaite une bonne fin de mercato, parce qu’il te reste un bon mois pour attirer de la vedette et me mettre des étoiles dans les yeux. Dépêche-toi, Canal+ attend mon chèque.

A bientôt

Publicités
Cet article, publié dans Ligue 1, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s